Des cuisines aux travaux d'aiguilles

8 février 2014 - Oufffff! quelqu'un a vu l'année passer? Moi pas! Je dois avouer qu'avec la puce qui grandit, mon temps disponible pour venir faire un tour sur le web diminue. Je dois également avouer que j'ai délaissé quelque peu les essais culinaires : je popotte du classique que je congèle pour les journées pressées, car on aura beau dire, ça n'a pas changé! Les journées n'ont encore seulement que 24h!

N'en reste pas moins que je développe tranquillement d'autres talents : lorsque tout le monde dort et que j'ai mon petit moment à moi, je crochète. Oui! oui! vous avez bien lu! Je manie le crochet et la laine telle la p'tite vieille dans sa chaise berçante. Vous direz ce que vous voudrez, c'est vraiment relaxant! Je déconnecte complètement, car je compte... 6 single crochet in magic ring: un, deux, trois, quatre, cinq, six... (2 single crochet in next single crochet, single crochet in next single crochet) around :.. un, deux, un; un, deux, un... Je ne pense plus à rien d'autre. Très thérapeutique!  :p  Et puis, à voir le visage de ma puce qui s'illumine lorsqu'elle se rend compte que c'est pour elle, rien de plus gratifiant!

D'ailleurs, je vous présente mon premier toutou à vie, toutou qui nous a valu une crise ce soir de la part de la puce pcq'elle ne pouvait l'apporter avec elle au restaurant (c'est dans ces moment que votre coeur de maman sait qu'il a misé juste!).


Bien entendu, je ne suis encore que novice. Le rendu est loin d'être parfait, mais je dois dire que le patron n'était pas parfait non plus! Je pensais que les transitions entre les différentes parties du corps (pattes et cou) allaient être plus fluides (c'est ce qui me semblait sur les photos!). Peut-être est-ce la façon dont j'ai assemblé le tout? N'en reste pas moins que si j'en fais une autre (car oui, la puce m'en a demandé une autre), je risque de modifier légèrement le patron (qu'on peut d'ailleurs trouver ici) afin d'améliorer les transitions.

Mais avant, je crois que je vais me lancer dans une doudou (afghan)... j'en ai besoin d'une pour le salon!

Sur ce, je vous dis à bientôt!


Tomate ou mélasse?

Image source : Le Soleil
23 mars 2013 - C'est le temps des sucres... et qui dit "temps des sucres", dit aussi assurément "cabane à sucre" : d'la bonne grosse bouffe de bûcheron,  plus du tout adaptée au rythme de vie sédentaire d'aujourd'hui. Mais une fois par année n'est pas coutume. Il faut savoir en profiter! La seule chose vraiment qui me chipotte d'aller à la cabane, c'est l'achalandage : on vous assoit, on vous fait manger, on vous fait payer et c'est tout juste si on ne vous met pas dehors à coup de pied pour faire de la place aux autres. Bon! j'exagère peut-être un peu, mais n'empêche que manger cordés, les coudes serrés les uns contre les autres, dans un vacarme de "à qui parlera le plus fort pour se faire entendre" le tout surplombé d'une musique qui peine à se faire entendre, je n'apprécie pas trop. Heureusement, il y a des cabanes plus chaleureuses et intimes que d'autres, mais il faut souvent planifier son coup des mois d'avance, bien avant le temps des sucres. Bref...

Cette année donc, nous avons décidé de reproduire partiellement le tout chez nous, dans le confort de notre foyer. Bien entendu, nous n'avions pas le côté rustique de la cabane en bois rond avec les chaudières dans la salle d'à côté, ni l'érablière en arrière plan ou encore la petite ferme pour divertir les enfants. De plus, nous avions carrément oublié le plus important : la tire! Mais qu'à cela ne tienne, la journée était douce, bien que grisâtre, une neige fraîche venait de tomber et l'homme avait déterré son "pot'à feu" pour y faire flamber quelques bûches afin de profiter du dehors avant le repas. Entourés par notre vieux thuya haut de sa vingtaine de mètres, notre pin sculpté par le pic, par les érables à giguère poussés là, spontanément, en 15 ans, l'ambiance frôlait celle du boisé : les enfants couraient après les chiens pendant que les grands dégustaient le cidre mousseux du verger d'à côté; cidre qui, combiné aux flammes perçant la neige, eu tôt fait de délier les rires et la bonne humeur.

Mais pour la cuisinière, point de repos! Au menu : pancakes, omelette, bacon, rôties et "bines maison" (ou fèves au lard pour les non initiés), le tout accompagné évidemment de sirop d'érable. Ah! les "bines"! Un incontournable! C'est ma deuxième année d'essais et je dois dire que cette année, je me suis surpassée. Je crois avoir ajusté une excellente recette. En fait, j'ai combiné la recette familiale centenaire des "bines à m'lasse" de mon arrière grand-mère (recette que j'ai fait l'année dernière et que j'ai trouvé un peu trop sucrée) à une recette presque tout aussi vieille de "bines aux tomates". Ma première version a été testée à ce dîner "cabane à sucre" : "Elles accotent quasiment celles du Petit Poucet!" qu'un convive m'a dit à ce moment... éloges non pour le moins agréables à entendre d'autant plus que, dans la famille, ce sont LES bines de référence. J'ai donc repris le concept et ajusté les proportions... voici donc que je vous offre ma dernière version de ces "bines maison", version qui a disparue en temps de l'dire une fois de plus. Ce n'est pas la recette du Petit Poucet, mais tout de même... le résultat est fameux!


Bines "à l'ancienne"

Ingrédients
454 g de haricot Navy rincés
¼ t. + 2 c. tab de mélasse
2 c. tab de cassonade
½ c. thé comble de moutarde préparée
¼ lb de flanc de porc entrelardé (non salé)
1 oignon
½ t. de ketchup réduit en sel*
3 bonnes pincées de sel*
2 c. thé de vinaigre de cidre ou de vin

* Si le ketchup n'est pas réduit en sel, vérifier la saveur avant d'ajouter les pincées de sel!

--------

- Faire tremper les haricots dans l'eau froide durant au moins 9h.
- Les égoutter, puis les faire bouillir dans  3 eaux (premier changement d'eau lorsque de l'écume apparaît à la surface). Les haricots sont prêts lorsque, en soufflant dessus, leur peau frise et se soulève facilement (à ce moment, testez leur texture... s'ils sont trop aldente à votre goût, continuez la cuisson quelques minutes supplémentaires). Égouttez.  [env. 30 min.]
- Pendant ce temps, mélangez le reste des ingrédients pour la sauce, puis coupez le flanc en petits cubes et l'oignon en cubes moyens.
- Dans une cocotte en fonte émaillée de 3.5 ptes minimum (ce sera le plat de cuisson), faire colorer le flanc. Retirer du feu et réservez les cubes de flanc dans un plat à part.
- Disposez les oignons au fond de la cocotte.
- Intégrez les haricots à la sauce et verser le tout sur les oignons et recouvrir des cubes de flanc.
- Recouvrir d'eau (les haricots doivent flotter), couvrir avec le couvercle étanche et mettre au four à 250°F pour 8 h environ.
- Au 2/3 du temps de cuisson, vérifiez la quantité de liquide restante.
- Si vous aimez les bines bien épaisses (moins liquides), lorsque la cuisson est terminée, prendre ¼ t. du mélange et le passer au mixeur avant de le réintégrer au plat. Ceci épaissira la sauce.

J'espère que vous apprécierez!


Version imprimable ici


Image source : TVA Canoe


____________________________


Percer un secret...

8 décembre 2012 - Qui a déjà goûté aux fameuses côtes levées du restaurant Bâton Rouge, se rappelle assurément de ce goût exquis, onctueux, riche et juste bien dosé en acidité, fumée et sucres caramélisés qui enveloppe ce morceau de viande autrement quelconque. Combien de personnes ici présentes ont déjà essayé de percer le mystère de cette sauce? En tout cas, nous ne faisons certes pas exception à la règle, car l'homme de la maison est un fan complètement fini de cette petite gourmandise.

Dernièrement, nous avons essayé la recette du site "Recettes Secrètes" qui prétend pouvoir reproduire ce goût si envoûtant. Bien que cette sauce soit vraiment excellente, il lui manque une dimension, une richesse dont seule la sauce originale semble détenir le secret jusqu'à présent. Parmi les commentaires du site, on retrouve comme suggestion de remplacer un peu de mélasse par du "Southern Comfort"... bon! je dois avouer que je ne l'ai pas essayé, car je n'en ai pas dans mon modeste bar (qui ne doit contenir que 2 ou 3 bouteilles... et je ne sais même pas si elles sont encore bonnes, c'est tout pour dire!). Peut-être que quelqu'un pourrait confirmer ou infirmer?

Alors, est-ce qu'il y a quelqu'un dans la salle qui connaît vraiment la recette des fameuses côtes levées de Bâton Rouge?




_____________________
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...